Denis Gratias, Directeur de recherche émérite a l’institut de recherche de Chimie Paris  et déjà grande médaille de la SF2M vient d’être nommé la semaine dernière à l’Académie des Sciences, dans la section de Physique.
Cette distinction n’est pas fréquente pour un métallurgiste!
 Cette récompense vient couronner, de façon méritée, l’ensemble de sa carrière et sa grande contribution à la science des matériaux en général.

Né en 1947 et diplômé de Chimie ParisTech en 1970, Denis Gratias s’oriente vers une carrière dans la recherche dès sa sortie de l’école en rejoignant le laboratoire de métallurgie structurale de Chimie Paristech dirigé par M. Fayard où il soutient une thèse de troisième cycle (1972) puis d’État (1978) « Cristallographie des interfaces dans les cristaux homogènes » en étroite collaboration avec Michel Guymont et Richard Portier. Ce travail lui vaut l’intérêt du professeur Louis Michel qui va l’initier à la théorie d’action de groupe à l’IHES et John-Werner Cahn qu’il rencontre lors de son stage post-doctoral à l’université de Californie-Berkeley (USA) où il s’intéresse aux problèmes de thermodynamique statistique de champ moyen généralisé (Cluster Variation Method) chez le Professeur Didier de Fontaine.

De retour en France en 1981, il rejoint le Centre d’Études de Chimie Métallurgique (CECM) de Vitry et poursuit sa collaboration avec J.-W. Cahn et R. Portier sur les joints de grain avant d’être invité par celui-ci à l’institut de Physique Théorique de l’Université de Californie Santa Barbara (USA) pour participer à une collaboration interdisciplinaire autour de la physique théorique et de la science des matériaux (1984). C’est à cette occasion qu’il est confronté au problème, non résolu à l’époque, des diffractions d’ordre 5 observées au NBS en avril 1982 par Daniel Shechtman. Il contribuera à la rédaction de l’article séminal de 1984 (cité plus de 8000 fois) annonçant la découverte des quasicristaux, découverte à l’origine du prix Nobel de Shechtman en 2011.

À son retour commence une longue période d’intense collaboration autour de la cristallographie à N dimensions entre le CECM de Vitry et le Centre de Physique Théorique (CPHT) de l’Ecole Polytechnique avec Marianne Quiquandon, André Katz et Michel Duneau.

En 2000, Denis Gratias et Marianne Quiquandon migrent au Laboratoire d’étude des microstructures (LEM) au centre de Chatillon, unité mixte CNRS-ONERA, qu’il a dirigé jusqu’en 2009. Il est depuis 2014 Directeur de recherche CNRS émérite affecté à Chimie ParisTech, à l’IRCP, au sein de l’équipe de métallurgie structurale dirigée par Frédéric Prima.

Il est auteur de 130 publications dans les meilleures revues de science des matériaux et de physique des solides. Ses derniers articles, sur les dislocations de module dans les cristaux, datent de 2018.  Il a coordonné et co-édité plusieurs ouvrages sur les quasicristaux.

Parallèlement à cette carrière de chercheur, il a eu une activité d’enseignement, en particulier à Chimie ParisTech et à l’Ecole Polytechnique. Il est de 1991 à 2002 : Professeur chargé de cours à l’École Polytechnique (Cours de Physique des Matériaux, Petites Classes de Mécanique Quantique), et de 1997 à 2006 : Professeur chargé du cours de physique quantique à Chimie ParisTech.

Ses travaux ont été récompensés, entre autres, par la médaille d’argent du CNRS (1994), par le grand prix Jean Ricard de la Société Française de Physique (1999) et par la grande médaille de la Société Française de Métallurgie et Matériaux (2014). Avant d’être élu membre en 2019, Il a été élu membre correspondant de l’académie des sciences en section de physique en 1994.